Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

¤ L'image du mois ¤

Patrick Servant / Brion 

Rallye du Bandama 1992...

 

 

#La Côte d'Ivoire, une Terre de Rallye, berceau du Rallye du Bandama, le Rallye de l'impossible.....

 header-copie-1        

http://www.f-i-s-a.org/page17.php

¤ Recherche ¤

¤ Les Stats ... ¤

*Date de création :

-> 25/11/2005 à 23h15 

 

*Visiteur unique :

-> 118 657

 

*Pages vues par visiteur au total :

-> 278 330

 

Journée record :

->  04/01/2009
(569 pages vues) 

Mois record :

->  Janvier  2011  <-  

(4.954 pages vues)
(1.591 visiteurs uniques) 

*Statistiques au 20/07/2014 

Merci à tous d'être passés sur mon blog.... 

 

¤ Top Provenances ¤

 

TOP Réseaux Sociaux : 100% FACEBOOK

 

www.google.fr     => 294 pages vues

www.google.com => 41 pages vues

www.google.ci     => 18 pages vues

www.google.be    => 18 pages vues

www.google.it      => 11 pages vues

www.google.de    => 10 pages vues

www.google.es    => 7 pages vues

www.forum-auto.com => 6 pages vues

www.google.com.ar => 5 pages vues

www.bing.com     => 4 pages vues

 

 

3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 23:28

Stéphane Peterhansel a remporté la Baja Portalegre 500 au volant de la nouvelle Mitsubishi Racing Lancer équipée de pneumatiques BFGoodrich.

Le multiple vainqueur du Rallye Dakar a remporté deux des quatre épreuves spéciales de cette 22e Baja Portalègre disputée sur des pistes détrempées, pour s'imposer au classement général devant le Portugais Filipe Campos (BMW)... qui remporte à cette occasion le Championnat Tout-Terrain portugais.

« Après plus d'un an de dur labeur pour rendre compétitive la Racing Lancer, c'est une belle récompense pour toute l'équipe de s'imposer aujourd'hui au Portugal » confiait Peterhansel à l'arrivée de cette Baja Portalegre. « Ce fut un honneur pour moi d'être choisi par Mitsubishi pour la première sortie en course de la Racing Lancer et c'est agréable d'avoir été à la hauteur de la confiance qui m'était donnée en signant un succès. >>

Ayant évolué durant plusieurs saisons au volant du Pajero Evolution, avec lequel il s'est imposé pour la dernière fois sur le Pax Rally en septembre dernier, Stéphane Peterhansel est idéalement placé pour comparer les performances de la Lancer Racing avec l'ancienne arme de Mitsubishi

« J'ai été particulièrement impressionné par deux choses durant ces trois derniers jours » poursuivait le pilote français. « La première concerne le moteur : Le nouveau V6 3 Litres constitue une nette amélioration dans tous les domaines, mais il est particulièrement performant sur les virages lents. Vous pouvez sentir le couple et l'accélération du turbo-diesel en sortie de courbe. Le châssis est également particulièrement robuste. Un événement comme la Baja portugaise demande une configuration spécifique et nous avons essentiellement défini un set-up pour ce week-end par extrapolation de ce que nous avons appris lors des essais au Maroc.
En travaillant sur ces paramètres, j'ai été agréablement surpris par la capacité de la suspension a absorber le terrain, ainsi que par la précision de la direction. »

=> Ses lignes sont censées rappeler celles de la Lancer Sportback, marketing oblige. Voici les caractéristiques techniques de cette future bête de course, qui sera confiée au quatuor Masuoka/Roma/Peterhansel/Alphand :


Longueur hors tout : 4475mm
Largeur hors tout : 1990mm
Empattement : 2900mm
Voie AV/AR : 1750mm/1750mm
Masse : 1900kg
Moteur : 6 cylindres Turbodiesel 24 soupapes Lubrification à carter sec
Système d’injection : Common Rail haute pression
Cylindrée : 2997cc
Puissance maxi : 280ch
Couple maxi  650Nm
Transmission : boîte séquentielle Ricardo 5 rapports, transmission intégrale permanente à blocage mécanique
Différentiel AV/AR : différentiel autobloquant Ricardo
Suspension AV : indépendante à double amortisseur
Suspension AR : indépendante à double amortisseur et barre antiroulis
Course de suspension : 250mm
Freins : disques Brembo ventilés à 6 pistons
Jantes : OZ aluminium 16 pouces
Pneus : BF Goodrich 245/80 R16
Châssis : Multitubulaire en acier, Plancher nid d’abeille
Carrosserie : fibre de carbone


A noter que Mitsubishi se pique d’écologie pour cette auto, pour « minimiser l’impact écologique du Dakar ». Ainsi, la Racing Lancer fonctionne au biodiesel et utilise des pièces en plastique recyclé. Un peu de poudre aux yeux, puisque les camions et 4×4 d’assistance (dont deux tous nouveaux Pajero Sport) seront strictement d’usine. L’objectif de cette nouvelle auto est clair : remporter la première victoire au Dakar avec un diesel.

Repost 0
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 02:39



Victoire des Diamants à Adzopé !...





Les engagés :

Mitsubishi évo7   => Soumaoro Moriféré-Garcia Philippe
Mitsubishi évo6   => Eric & Chatal Pagès (forfaits)
Mitsubishi évo6   => Gilles Pulvéric-Cisse Astarosa 
Mitsubishi évo6   => Pascal Brossier-Henry Estievenart (forfaits)

Subaru Impreza GT   => Pipo Breste-Marie Dufils (forfaits)
Subaru Impreza GT   => Hariri Nabil-Koumé Koffi
Subaru Impreza GT   => Cyril Bottari-Bruno Laborde

Peugeot 309 (Paris-Pékin)     => Loïc Malherbes-Jean Luc Roynet
Toyota Célica RA40 Gr.S    => Marc Molinié-Christian Tribout
Opel Kadett                   => Michel Molinié-Ali Jaber
Citroën Xsara                 => Luigi Bottari-Arnaud Estievenart
VW Golf                      => Kévin Ligonnet-Cédric Molinié
BMW M3                      => Jean Albert Makoulka-Kouadio Kan Jesus
Mitsubishi Galant VR4        => Sindou Fofana-Bamba Gamalo


Vendredi 26 septembre 19h :
(Vérifs) *tout est OK pour une dizaine d'équipages.


Samedi 27 septembre 7h30 :
(Présélection) + départ de la 1ère boucle (sur 5) 125 Km x3 le samedi et x2 le dimanche.

Temps très gris et orageux + fine pluie pour le début de journée.
La présélection autour du Stade Municipal d'Adzopé est très grasse.
¤==>Voir la vidéo de la présélection sur DailyMotion :
http://www.dailymotion.com/relevance/search/rallye%2Bcote%2Bd%2527ivoire/video/x6zwte_photo-adzope-1er-bamboo-rallye_auto

*Les meilleurs temps de cette présélection sont :
Gilles Pulvéric (évo6)
Michel Molinié (Opel Kadett)
Loïc Malherbes (Peugeot 309)
Luigi Bottari (Citroën Xsara)
Marc Molinié (Toyota Célica)
Soumaoro Moriféré (évo7)
Nabil Hariri (Subaru Impreza)
Kévin Ligonnet (VW Golf)
Jean Albert Makoulka (BMW M3)
10° Cyril Bottari (Subaru Impreza), bon dernier pour cette présélection (problème de boîte crabot) mais qui se ratrappera bien, de cette mauvaise place, au dénoûmant de ce rallye !.....

¤==>Voir la vidéo de la sortie du Parc Fermé d'Adzopé sur DailyMotion :
http://www.dailymotion.com/relevance/search/rallye%2Bcote%2Bd%2527ivoire/video/x6z7kz_sortie-du-parc-adzope_auto



ES1 (Adzopé->Andokoi) 16 Km,
ES2 (Bassadzin) 17 Km,
¤==> Voir le départ de la SC2 de Soum et Cyril sur YouTube :
http://fr.youtube.com/watch?v=ctVdnhayuak
http://fr.youtube.com/watch?v=uLilZJk1zxA

ES3 (Abie) 30,500 Km, 1er problème de Turbo pour Pulvéric (évo6) elle fume bleu... il abandonnera à la fin de la boucle à l'assistance.
A la fin de l'ES, abandon de la Xsara de Luigi Bottari, abandon aussi de la BMW M3 de Makoulka (moteur noyé dans un gué).


ES4 (Becedi) 11,300 Km, 1er Soumaoro (évo7), 2ème Loïc Malherbes (309), 3ème Cyril Bottari (Subaru Impreza) et ensuite 4,300 Km de liaison avec un repos.
ES (32,900 Km) Soumaoro toujours leader avec son (évo7), 2ème Loïc Malherbes (Peugeot 309),
3ème Michel Molinié (Opel Kadett), 4ème Cyril Bottari (Subaru), 5ème Gilles Pulvéric (évo6), 6ème Nabil Hariri (Subaru), 7ème Kévin Ligonnet (VW Golf).

*Abandon de Loïc Malherbes (Peugeot 309), de Michel Molinié (Opel Kadett), de Nabil Hariri (Subaru), et de Kévin Ligonnet (VW Golf) moteur cassé dans ES14.



Fin de la 1ère étape:
1° Soumaoro (évo7) 
2° Cyril Bottari (Subaru Impreza)
-> Michel Molinié (Opel Kadett), Loïc Malherbes (Peugeot 309), Marc Molinié (Toyota Célica), sont tous qualifié pour dimanche en Super Rally.


Dimanche 28 septembre :
Une lute acharnée entre le 2ème (Cyril Bottari) et le 3ème (Marc Molinié).

Arrivée en beauté de Soumaoro Moriféré & Garcia Philippe sur Mitsubishi évo7 en explosant tous ses temps ainssi que son feu et son aile AV gauche sur un minibus...
En 2ème mes amis Cyril Bottari & Bruno Laborde sur leur Subaru Impreza et ferme le marche en 3ème position Marc Molinié & Christian Tribout sur Toyota Célica RA40 Gr.S




Allez voir l'article de Bruno (copilote de Cyril), il n'y a rien à dire c'est le Top des Tops...
http://adrenaline.addict.over-blog.com/article-22815576.html






*Un grand merci à Luigi, Marc et Bruno pour les photos, car ici à 7 mille Kilomètres il n'y a pas beaucoup de passionnés pour votre Championnat, sauf moi !... un peu de pub en France fait pas de mal...
Et désolé pour le retard de cet article (1er Rallye Bamboo Adzopé), mais vacances oblige (Andalousie...)
¤==> Voir les photos d'@bidj@an.net
http://live.abidjan.net/view_album.asp?Album_ID=361&CatLevel=2&Cat1_ID=1&Cat2_ID=,%20&Cat3_ID=&Cat4_ID=&FromSearch=True&SearchPage=%2Fview_album.asp%3Falbum_id%3D390%26CatLevel%3D2%26Cat1_ID%3D1%26Cat2_ID%3D%26Cat3_ID%3D%26Cat2_ID%3D%26FromSearch%3DTrue

Bravoooo !... Messieurs on vous attend pour Assinie...
 
 
Repost 0
28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 21:32


*Michel Mitri et Marcel Copetti étaient certainement parmi les nationaux qui aimaient la course automobile et qui avaient les moyens (technique) de la pratiquer. C'est pourquoi ils ont été largement applaudis lorsqu'ils ont franchi la ligne d'arrivée au Km 10 du Bandama 1977 (4ème) avec leur bonne "vieille" Datsun 180 BSSS.....



=> Personnage incontournable du rallye ivoirien depuis de longues années, Marcel Copetti avait trouvé la mort dans un accident de la route dans le nord de la Côte d'Ivoire.
Marcel Copetti s'était d'abord distingué en naviguant des pilotes comme Guy Deladrière, Alain Ambrosino ou Michel Mitri.
Par la suite, il s'orienta dans l'organisation et fut à maintes reprises directeur de course du Rallye Côte d'Ivoire alors en Championnat du Monde puis en Championnat d'Afrique et organisait, aussi, plusieurs épreuves nationales.
En 1995, il était à l'origine de la nouvelle orientation tout-terrain du Bandama...
Avec la disparition de Marcel Copetti, le rallye ivoirien et plus généralement le rallye africain francophone a non seulement perdu une figure, une locomotive mais également l'un de ses plus ardents défenseurs.


*A trois semaines du départ, du Rallye CI Bandama 1995, le comité organisateur a préféré annuler l'épreuve.



       

                                                                      <:=:=: ¤ :=:=:>

Repost 0
Published by ASSINIE - dans Auto-Portrait
commenter cet article
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 21:30
Souvenir, souvenir.....

BANDAMA 90.....

Le point avant le départ, samedi 27 octobre 1990 :

-Ambrosino-Le Saux (Nissan Micra Super-Turbo Gr.A) :
Première apparition en Côte d'Ivoire de la minuscule Micra Super Turbo au sifflement si caractéristique.
" Comme la Silvia 200 SX n'est plus construite et que la Pulsar GTI - R n'apparaitra qu'en 1991,
Nissan-Nismo le service course du constructeur japonais, a décidé d'engager cette année là pour ses fidèles pilotes cette petite berline, qui bien évidemment ne peut se battre pour le scratch.
Notre ambition sera de treminer à une place d'honneur, ce que la fiabilité de la voiture devrait permettre. "



Dimanche 28 octobre :
Troisième à pénétrer dans le Parc Fermé, l'équipage Ambrosino-Le Saux est crédité du 4ème temps avec 45 minutes de pénalisation : la petite Nissan a connu deux sortes d'ennuis mécaniques, une bougie cassée et un changement d'amortisseur. Le champion ivoirien se plaint de sa monture peu rapide surtout en vitesse de pointe et n'arrive pas à trouver le rythme.


Lundi 29 octobre :
Alain faisait le maximum au volant de sa Nissan Micra (March), légère certe, mais peu rapide.
Le champion ivoirien précisant que sa petite monture ne convenait pas pour ce type de terrain très sec. 
On assite a une "explication" entre Alain Oreille et Ambro : en effet, pour ne pas subir plus longtemps la poussière de la Nissan March Turbo d'Ambro, Roissard, le copilote d'Oreille, a volontairement pointé 2 minutes en avance à un CH et pris en concéquence 4 minutes de pénalisation. 


Mardi 30 octobre :
Rien de bien spécial, à part les pluies qui se sont abattues dans cette région du pays, qui ont agravé l'état des pistes et ont laissé quelques grandes flaques résiduelles sur l'itinéraire.
Ambrosino-Le Saux continuent leur << promenade >> qui n'en n'est pas une sur le plan physique car la motivation n'est pas guère au rendez-vous avec une voiture qui plafonne à 140 Km/h et pourtant ils sont 4ème...


Mercredi 31 octobre :
Au cours de la 1ère partie de la 3ème étape, Ambrosino a été très retardé peu avant Sinfra où il a ouvert le train avant de sa petite Nissan March Turbo : sa roue avant droite inclinée à 90° a été redressée mais tous les éléments de suspention ont été tordu.
Alain rentrait au ralenti à San-Pédro et prenait 1h34' de pénalisation supplémentaire.


1ère étape :     4ème à 2h00'
2ème étape :    4ème à 5h37'
3ème étape :    4ème à 8h09'


          
Des Pyramides à la Basilique !...
A la 4ème place et très heureux d'être là, Ambrosino-Le Saux sur la Nissan ont éprouvé beaucoup de difficultés tout au long de l'épreuve tant la voiture manquait par trop de puissance. Alain pilote Citroën dans les rallies-raids a l'habitude d'être au volant de monstres à 4 roues motrices de 400 CV.
Ici il avait vraiment l'air de s'ennuyer avec la vaillante petite March qui ne disposait que de 130 CV !...
"C'est dur d'aller aussi doucement et pourtant malgré cela nous occupons la 4ème place, je n'y comprend rien."


"Dans ma précédente chronique, je vous avais parlé de mes modestes prétentions pour le Rallye Côte d'Ivoire, au volant d'une Nissan Micra Super Turbo aux couleurs de Marlboro. 
Dire que je me suis beaucoup amusé avec cette toute petite auto serait mentir !...
Elle manquait en effet cruellement de puissance, et je plafonnais à 150 Km/h, au régime maxi et par vent favorable !...
Par ailleurs, et contrairement à ce que j'espérais, elle passait assez mal dans les secteurs cassants : il était difficile dans ces conditions d'envisager un très bon résultat, et j'ai été d'autant plus étonné de ne voir qu'un seul concurrent me doubler au cours de la 1ère section Abidjan-Abengourou.
Car je m'attendais à me retrouver rapidement dans la poussière de la queue du peloton !...
Mais la fiabilité de la Micra (March) a été au-dessus de tous soupçons, ce qui m'a permis de rentrer à Abidjan en 4ème position.
*Ce n'est tout de même pas si mal, vous en conviendrez..." 


 




  
  
Repost 0
Published by ASSINIE - dans Auto-Portrait
commenter cet article
31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 15:58

LES 6 & 7 SEPTEMBRE

VALREAS (84)
RALLYE-RAID






*Les amis de Thierry Sabine vous convient à un échange convivial autour du Dakar et des souvenirs qui s'y attachent.
Ce rassemblement grand public, parrainé par Gilbert Sabine, est l'occasion de détailler les véhicules d'époque exposés sur place.
Des baptêmes de l'air en hélico et une grande tombola, avec un 4x4 de 1987 à gagner, concluront la journée.
Gratuit.

Renseignement
sur :
 www.ex-elby.com












 

Repost 0
7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 10:16

Souvenir, souvenir.....

BANDAMA 82.....

Une partie de mécanique en pleine brousse. Les hommes de l'équipe Rallye de Renault Sport s'activaient autour de leur Renault 5 Turbo, couverte de boue, mais pour laquelle ils gardaient des attentions d'orfèvres.
Bientôt, sortis de la forêt on ne sait d'où, de nombreux Ivoiriens vennaient voir ce spectacle. Ils laissaient clairement apparaître leur admiration et leur étonnement. Quelle n'étaient pas leur surprise lorsqu'ils réalisaient qu'il n'y a pas de moteur sous le capot avant, mais qu'on le retrouve, impressionnant sous son habillage de turbo et d'injection, dans le coffre arrière !...
Long sifflement : << ouh... ça bouge chez Renault !... >>



Eh oui ! ça bouge chez Renault en Côte d'Ivoire. L'engagement de deux Renault 5 Turbo au Rallye Côte d'Ivoire-Bandama 1982 en est l'exemple parfait.
Dans ce contexte de << reconquête >>, cette participation sportive est une excellente image du dynamisme dans toutes les directions du groupe Renault en Côte d'Ivoire.
Mais attention ! L'engagement sportif comporte beaucoup plus d'inconnus que dans le domaine industriel où tous les risques sont mesurés, évalués. Et les Ivoiriens l'ont déjà parfaitement compris : la presse locale se fait l'écho de la présence de nos  << Formule 1 de la route >> sur les pistes les plus difficiles du pays.


****************************************
Sur la piste, des pointes à 200 Km/h...
****************************************
La question est posée : une mécanique aussi sophistiquée et puissante résistera-t-elle à l'épreuve africaine, véritable sprint de 5.000 Km où le temps de travail des mécaniciens est autant de temps perdu en course, à l'opposé d'un Paris-Dakar plutôt une épreuve d'endurance où il est possible de travailler longuement à toutes les étapes ?
Dans le Rallye Côte d'Ivoire, l'épreuve du Championnat du Monde des Pilotes, les moyennes imposées sont bien souvent supérieures à 120 Km/h, parfois même 140 Km/h... Imaginez cela sur les pistes en brousse où l'on compense le temps perdu dans les ornières par des pointes de 200 Km/h, au risque de se retrouver, au sommet d'une bosse, nez-à-nez avec l'un de ces grumiers, énormes camions transportant des troncs d'arbres...
C'est vrai que le Bandama, pardon le Rallye Côte d'Ivoire est une formidable aventure. Y engager des Renault 5 Turbo est déjà une victoire en soi, par l'admiration que ce pari suscite.
Les Ivoiriens se souviennent de notre participation en 1978 qui était aussi passé pour un pari avec les << petites >> Renault 5 Alpine agiles mais peu puissantes. Pari gagné dans la mesure où Ragnotti et Fréquelin s'étaient permis de pousser les Peugeot, alors invincibles sur ce terrain, dans leurs derniers retranchements. 3ème au classement général et victoire dans la catégorie Tourisme : que pouvait-on espérer de mieux pour une première participation ?


            

****************************************
Le turbo à l'épreuve...
****************************************
Quatre ans après, Renault Sport renouvelle le pari. Et, cette fois, à une autre échelle : la Renault 5 Turbo est deux fois plus puissante que la Renault 5 Alpine avec ses 265 chevaux ! Les performances seront là, sauf peut-être en cas de conditions très difficiles comme la boue. Mais la fiabilité suivra-t-elle ? Le Turbo acceptera-t-il l'épreuve de la poussière et des très longues lignes droites à fond, en pleine chaleur ?
C'est pour tenter d'y répondre que Renault Sport a déjà fait une séance d'essais sur le terrain, début septembre, (voir photos ci-dessous).
Ragnotti a ainssi couvert la distance du rallye avec une Renault 5 Turbo, aussitôt rapatriée dans les ateliers d'Antony pour y être examinée sous toutes les coutures.
Aucun problème insurmontable ne s'est présenté. Seuls les amortisseurs inquiètent un peu dans la mesure où il faudra probablement les changer assez souvent.
Essais de consommation, d'endurance des pneus, tout a été calculé afin de permettre à Marcel Callewaert de préparer le plan d'assistance. L'aménagement des sept camions SG 2 (les fameux taxis-brousses surnommés Djoula par les Africains), fournis par Renault Côte d'Ivoire.
Des Renault 30 et 18 ont également été testées comme voitures d'assistance rapide... On a essayé de ne rien laisser au hasard.


Non, le N° 9 ne sera probablement pas le numéro de course de Ragnotti-Andrié au Rallye Côte d'Ivoire. Il s'agit simplement d'un numéro factice pour le tournage d'un film impressionnant, à l'occasion de leurs essais techniques. Des caméras avaient été placées un peu partout sur la voiture, comme le montre nos duettistes qui semblent apprécier la liberté de ne pas mettre de combinaisons ignifugées en Afrique... 


****************************************
L'aventure d'une équipe...
****************************************
Enfin, ce fut aussi un entraînement pour les hommes de l'équipe de Patrick Landon.
Car se sera autant l'aventure pour les mécaniciens dans leurs camions que pour Ragnotti et Andrié (le deuxième équipage restant à désigner) dans leurs Renault 5 Turbo. Pour nous, Européens, la vie apparaît beaucoup plus difficile : climat, alimentation souvent mal adaptée. Heureusement, les membres de Renault CI apportent, là aussi, une aide précieuse.
-> Gérard Larrousse n'a pas oublié ce point d'assistance en 1978 en pleine nuit dans la forêt, à la frontière du Libéria, où Ragnotti et Andrié étaient arrivés harassés notamment par le franchissement d'une centaine de petits ponts en bois, parfois cassés, et heureusement précisés dans les quinze cahiers de notes nécessaires pour tout le parcours et prises pendant deux semaines de reconnaissances. Larrousse et les mécanos étaient eux-mêmes très fatigués : un minimum de mots furent échangés, les amortisseurs remplacés, le plein d'essence fait. Mais une joie intense l'emportait sur tout, un bonheur indescriptible de se retrouver là, au bout du monde, dans une équipe soudée pour un seul objectif :
-la victoire-
Pour le Bandama 82, tout sera à nouveau fait dans ce but, même si chacun est bien conscient qu'il ne faut pas trop rêver pour la première participation de la Renault 5 Turbo dans ce type de rallye qui sera de toute façon une formidable expérience.
Il n'empêche que, même si Renault ne participe pas régulièrement au Championnat du Monde, tout nos concurrents  - qu'ils s'appellent Audi, Opel, Lancia ou Toyota -  ont appris à se méfier de nos opérations commandos dans des rallyes très différents.
*Le pari est lancé... l'aventure avec !... 


Repost 0
Published by ASSINIE - dans Auto-Portrait
commenter cet article
27 juillet 2008 7 27 /07 /juillet /2008 22:15

Transporté en Amérique du Sud en 2009, le grand rallye-raid n'a pas manqué de séduire : il affiche complet...

*Contraint de quitter l'Afrique et ses bases historique, le Dakar n'a rien perdu de son attrait. Les inscriptions sont désormais closes et cinq cent cinquante équipages environ feront le déplacement en Argentine et au Chili du 03 au 18 janvier prochain.


















*DU BEAU, DU GRAND DAKAR !
La majorité des concurrents habituels ne s'y est pas trompée : le Dakar Argentine-Chili, du 03 au 18 janvier 2009 en Amérique du Sud, a séduit 65% des inscrits de 2008 sur le continent Africain...
Compte tenu de l'annulation de l'épreuve, ils avaient la priorité pour s'engager dans cette nouvelle aventure.
Au total, presque six cents dossiers ont été reçu par l'organisateur. 
Le Dakar 2009 affiche donc complet.
Chez ASO (propriété du groupe Amaury), l'heure est désormais à la sélection << et elle n'est pas facile, avoue-t-on, car le niveau des candidatures s'est grandement élevé ces dernières années >> . Tous capables de relever le défi de la cordillière des Andes, en somme.

Le 03 janvier au matin, ils resteront sans doute cinq cent cinquante environ -comme en 2008- à s'élancer depuis Buenos Aires pour un périple de quinze jours via le Chili et retour dans la capiltale Argentine. Parmi eux, une quarantaine d'équipages << du coin >> -Argentins, Mexicains, Uruguayens, Guatémaltèques, Brésiliens, Chiliens (dont l'ancien pilote de F1 "Eliseo Salazar") -, 16% de premiers participants, mais surtout tous les ténors de la discipline qui ont fait leurs classes et construit leur renommée dans les sables africains.
*Les équipes d'usine (Mitsubishi, Volkswagen, BMW, KTM...) et les écuries semi-privées comme celles d'André Dessoude ou Philippe Gache seront présentes. Seul manquera le Team Schlesser. Pour Etienne Lavigne, directeur de l'épreuve, << le Dakar continue de fasciner, c'est toujours un évènement majeur dans le sport français, même si ce n'était pas gagné d'avance, quand on se souvient où nous étions début janvier, au lendemain de l'annulation de l'édition 2008 !  Les concurrents savent ce qu'ils viennent chercher et vont trouver chez nous : la même course que les professionnels en partageant avec eux la vie des bivouacs, la même passe à trouver sur la piste, le même exploit à accomplir.
Ils veulent participer à l'épreuve extrème des sports mécaniques, un challenge difficile pendant quinze jours, et une course comme celle-là, même si j'ai beaucoup de respect pour les gens qui viennent de courir la Trans-orientale entre Saint-Pétersbourg et Pékin, Il n'y a en a qu'une, c'est chez nous... Y compris entre Buenos Aires et Santiago du Chili, les gens viennent faire le Dakar, pas seulement un rallye en Amérique du Sud.
>> Et c'est vrai que le parcours promet (voir la carte).


  


 

Des dunes à 3 000 mètres d'altitude...
Aujourd'hui, il est bouclé après dix grosse semaines de << traçage >> ; il ne reste qu'à rédiger le road-book lors des dernières périodes de reconnaissance, en septembre et octobre : quatorze étapes et peut-être une dernière spéciale le 18 janvier, autour de Bouenos Aires ; 200 kilomètres de dunes ici en une seule jounée ; un secteur chronométré de 650 kilomètres là, avec une boucle autour de Copiapo, au Chili... Des dunes de 500 mètres de haut à 3 000 mètres d'altitude dans la région de l'Atacama.
<< Ce sera varié, assure Etienne Lavigne, qui rentrera d'Argentine lundi. Nous avions même le choix, tant il y a du potentiel dans ces endroits. Ce sera rapide au départ de Buenos Aires, dans les grandes plaines de Las Pampas. Ensuite, nous aurons cinq belles étapes de sable, avant et après la journée de repos à Valparaiso (le samedi 10 janvier, avec bivouac donnant sur le Pacifique). Ce ne sera guère moins que sur le Dakar traditionnel, en fonction du "dosage" en Mauritanie. Le sable fait partie intégrante de la discipline du rallye-raid, nous ne l'avons pas oublié. C'est même l'un de ses fondamentaux : la navigation dans les dunes, les motards fatigués de pousser pour sortir leur machine, la stratégie, le comportement et les réactions des concurrents. Bref, ce sera un "vrai" beau Dakar difficile >>. 


         
     
                                 

Repost 0
14 juillet 2008 1 14 /07 /juillet /2008 18:38
Allez vite voir le blog d'Eric et Chantal Pages
<< Rallye Team Entr'Potes Abidjan >>
 
*De superbes vidéos & photos, sur les pistes Ivoiriennes.....
http://www.pages.over-blog.com/


*Vous saurez tout sur le rallye en COTE D'IVOIRE..... et sur leur EVO 6 Gr N.... !!!... 

=> Voir aussi mon article du 01 décembre 2007, "la présentation du Team" :
 http://historiquerallyebandama.over-blog.com/article-7284206.html
 
Repost 0
Published by ASSINIE - dans Auto-Portrait
commenter cet article
13 juillet 2008 7 13 /07 /juillet /2008 12:40
Une légende des ’’Six heures de Dakar’’

-L’ancien pilote français, Jean Lablanche, vainqueur à plusieurs reprises des ’’Six heures de Dakar’’, est décédé jeudi dans la capitale sénégalaise à l’âge de 70 ans, annonce vendredi "le Soleil".
http://www.lesoleil.sn/article.php3?id_article=37720

’’Parlant de ce Sénégalais d’adoption’’ dans un article paru dans le quotidien national, Lune Taal, vice-président de la Fédération sénégalaise de sport automobile, a confié à l’APS que Lablanche est allé ‘’rejoindre dans la postérité les grandes figures du sport automobile national’’.

M. Tall par ailleurs directeur de publication du magazine ‘’Auto Moto’’, a ajouté qu’il garde en mémoire l’une des courses les plus disputées des ‘’Six heures de Dakar’’ que le défunt a eu à livrer en 1981 pour ‘’sa dernière sortie en tant que pilote’’.

’’A la fin de la course, je me rappelle qu’ils ont été sortis, son co-pilote et lui-même de leur voiture et installés sur une civière tellement la course a été difficile’’, s’est souvenu Lune Taal précisant que Lablanche voulait ce jour-là mettre fin à la suprématie d’un champion qui avait remporté la compétition quatre fois d’affilée.

Pour le responsable de la FSAM, la course automobile au Sénégal doit également à Jean Lablanche l’arrivée du rallye Paris-Dakar au bord du lac Rose.

A la fois pilote et organisateur hors pair, Lablanche ‘’a relevé le terrible challenge de relancer l’organisation des Six heures. Il a réussi à donner à l’épreuve dakaroise de course de vitesse une dimension internationale qui a attiré Thierry Sabine’’.

’’Ce dernier devait lui confier l’organisation de l’arrivée des premières éditions du rallye Paris-Alger-Dakar et le tracé du parcours du rallye au Sénégal’’, écrit en outre Lune Taal soulignant que le défunt a contribué ‘’à faire passer le plus grand rallye raid du monde en Côte d’Ivoire et en Guinée’’.

Arrivé au Sénégal dans les années 50 pour des raisons de service militaire, Jean Lablanche avait fini par y s’installer.

Repost 0
Published by ASSINIE - dans Auto-Portrait
commenter cet article
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 21:50

*Dans l'enfer du Rallye du Bandama, continuellement enveloppé dans un épais nuage de poussière, j'ai noté les << déboires >> de nos rallymen.
J'ai surtous admiré leur calme devant les situations les plus désespérées. J'ai découvert des hommes courageux dont la volonté de vaincre ne saurait vous laisser indifférent. 
Participer à un rallye c'est flirter dangereusement avec la casse.
Ils le savaient tous, mais en avaient accepté les risques.


.Turcot sur Datsun 240Z :
- Il ne manque d'entrer en collision avec un taxi brousse et quitte la piste... Il y perd trente minutes qui pèseront lourdement dans la balance. C'est ce qui peut arriver quand on s'engage dans une compétition de cette envergure sans assistance...

.Noujaïm sur BMW 2002 Alpina :
- Casse, à la sortie de la troisième spéciale, ses pare-brises avant et arrière. Il accuse fortement Broums d'être à la base de ses malheurs. Noujaïm fera cependant 450 Km dans des conditions épouvantables. Les yeux enflés. Il manque de se planter. Il décide alors à Sinfra de terminer prématurément le 3ème Rallye pour déjà songer au 4ème...

.Regnier-David sur Renault 16 TS :
- Il s'aperçoivent à l'entrée de Sikensi qu'ils sont en train de perdre une roue avant, placent rapidement les écrous et reprennent la route. Malheureusement, ce ne sera pas pour longtemps puisqu'ils rompreront le porte-fusée de la roue avant. L'immobilisation devient alors totale. Il était 23h05 à notre montre...

.Aboudara :
- Même les officiels ne furent pas de la fête. Peu avant Agboville, le Directeur de Course dérape... quelques petites << égratignures >> sur la main, M. Aboudara se fera admettre dans une autre voiture...

.Broums-Mitri sur R8 Gordini :
- Décidément !  Ce sympatique équipage semble avoir signé un long bail avec la malchance. Pistons et alternateur grillés, il n'en fallut pas davantage pour mettre fin aux ambitions de nos << jeunes >>...

.Garlet-Delannoy sur Autobianchi A112 :
- On aurait souhaité voir cette voiture poursuivre son chemin ; malheureusement elle sort de la route à une étape de liaison à Yapo-Gare...

.Dubois-Savary sur Datsun 1600 SSS :
- La Datsun jusqu'à Daloa pouvait prétendre à la victoire. Mais une prise d'air à l'admission est à la base d'une sérieuse défaillance mécanique qui fait perdre tout espoir à l'équipage Datsun. 35 litres au 100 Km, une véritable suceuse...

.Crozat-Cerf sur R8 Gordini :
- La malchance, malgré un courage démentielle. Le train avant fusillé, les amortisseur qui cèdent entre Sinfra et Gonaté : ils réussissent à remettre leur bolide sur pied, mais à Abengourou, ils coulent une bielle : ce sera alors la fin d'un beau rêve...

.Assef sur 504 Peugeot :
- Sans son accident, Assef aurait certainement joué un rôle prépondérant dans les étapes clés et occupé une place de choix au classement final. Mais l'accident fait aussi partie d'un rallye... Assef est rentré en collision avec une R4 à la sortie de Gagnoa...

.Saucet-Coulliot sur Toyota 1900 SL :
- L'équipage sortie de route à Akébéfia, réussit à reprendre la chaussée, mais sera contraint d'abandonner entre Gobobro et Irié, le collecteur d'admission ayant cédé...

.Mme Boibin et Herbuvaux sur Opel Manta :
- Ils se plantent à la sortie d'un virage entre Sikensi et Agboville. Elles reprennent la route grâce aux bras de certains << promeneurs >> nocturnes. Elles s'égarent entre Abengourou et Aboisso. Ce qui les oblige à faire 100 Km de plus...

.Monsieur et Mme Gérenthon :
- Ils perdent treize secondes à l'hippodrome de Bouaké pour avoir raté un virage et manque de justesse de se planter dans la dernière spéciale de la Djibi pour avoir crever une roue avant...

.Bertrand sur Alpine :
- Dommage. Les spéciales semblaient si bien lui réussir que nous le voyions vainqueur de la compétition. Bertrand manquera cependant un virage pour une banalité à une erreur dans ses notes. Une erreur qui lui a valu d'exécuter quatre tonneaux...

.Genet-Bertrand sur R16 TS :
- De nombreuses crevaisons, auxquelles s'est ajouté un curieux problème d'allumage qui leur a fait perdre ving cinq minutes alors qu'ils étaient jusque-là dans les normes. La disparition d'un écrou à la crémaillère n'a pas arrangé les choses déjà fortement compromises. Bravo à cet équipage qui franchira malgré toutes ces bévues la ligne d'arrivée...

.Konsler-Leclerc sur R16 TS :
- Décidément les R16 TS n'ont pas eu la partie facile. Avec une barre de torsion cassée et 450 Km sans suspension, ils ont quand même réussit à repartir grâce à l'assistance de Renault. Le tuyau d'échappement et deux pneus crèvent. Le démarreur casse dans les spéciales... qui dit mieux !...

.Mercier-Monceau sur R12 :
- Cet équipage mérite bien le pseudonyme de martyrs du Bandama. Avec le poignet cassé à la suite d'un virage manqué, pour l'un, il leur a fallu attendre du secours pendant quatorze heures. Alors que fait-on de la solidarité sportive !!!.....

M. & Mme Gérenthon sur Peugeot 504 injection "SARI", 1er au classement général :
*Coupe trophée <<Gardelle>>, coupe Cibié, coupe SARI, coupe Djibi, challenge de vitesse Sabéna, billet avion Egypt Air.    

Ly - Gahoudy sur Peugeot 304 "SARI", 6ème au classement général :
*Coupe FISA, coupe Ecurie Ivoire, coupe ACCI, coupe Fanion-Sort.

Garlet - Delannoy sur Autobianchi A112, abandon à Yapo-Gare.

Circuit chronométré de Bouake..., en premier plan une R8 Gordini & une BMW 2002...

JC. Bertrand - Giroux sur Alpine, non classés mais arrivés après avoir accompli tout le parcours :
*Coupe de la Malchance, coupe Drugstore.


=> Résumé, Rallye du Bandama III de 1971 :
 http://historiquerallyebandama.over-blog.com/article-1477686.html



Repost 0