Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

¤ L'image du mois ¤

Patrick Servant / Brion 

Rallye du Bandama 1992...

 

 

#La Côte d'Ivoire, une Terre de Rallye, berceau du Rallye du Bandama, le Rallye de l'impossible.....

 header-copie-1        

http://www.f-i-s-a.org/page17.php

¤ Recherche ¤

¤ Les Stats ... ¤

*Date de création :

-> 25/11/2005 à 23h15 

 

*Visiteur unique :

-> 118 657

 

*Pages vues par visiteur au total :

-> 278 330

 

Journée record :

->  04/01/2009
(569 pages vues) 

Mois record :

->  Janvier  2011  <-  

(4.954 pages vues)
(1.591 visiteurs uniques) 

*Statistiques au 20/07/2014 

Merci à tous d'être passés sur mon blog.... 

 

¤ Top Provenances ¤

 

TOP Réseaux Sociaux : 100% FACEBOOK

 

www.google.fr     => 294 pages vues

www.google.com => 41 pages vues

www.google.ci     => 18 pages vues

www.google.be    => 18 pages vues

www.google.it      => 11 pages vues

www.google.de    => 10 pages vues

www.google.es    => 7 pages vues

www.forum-auto.com => 6 pages vues

www.google.com.ar => 5 pages vues

www.bing.com     => 4 pages vues

 

 

2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 22:16

21ème Rallye du Fromager à Gagnoa, 1er jour.....




21ème Rallye du Fromager à Gagnoa, 2ème jour.....


Vidéos "passages en spéciales" 21ème rallye de Gagnoa
envoyé par entrpotes




Cam emb SC 4 Gagnoa 09
envoyé par entrpotes


*Merci au Team entr'potes d'Abidjan pour les vidéos...
BBRRAAVVOO à TOUS ..........


 
Repost 0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 00:19
 Et de deux pour Soumaoro Moriféré et Philippe Garcia. Après la victoire au Top Chrono de Gonzagueville récemment, l’équipage vient de s’adjuger la première place du classement au 21ème rallye de Gagnoa couru le week-end du 20 au 22  mars 2009. 

Au terme d’un périple de trois fois 150 km samedi et deux fois 150 km le dimanche, l’équipage au volant d’une Mitsubishi Evo 7 a pris le dessus sur les quinze autres concurrents effectivement présents au départ, confirmant la réputation de « seigneur des routes » qu’il traîne depuis des années

 

Déjà meilleur temps au prologue du vendredi, Soumaoro Moriféré et son co-pilote Philippe Garcia, ont franchi la ligne d’arrivée en 2h39'03", talonnés par couple Eric et Chantal Pages sur Mitsubishi Evo 6 arrivé en 2h41'03", soit un écart de 02mn. 

Cyril Bottari et Nicolas Le Parlouër au volant de leur Subaru Impreza occupent la troisième marche du podium en 2h53'42".
 

Avec ce sacre sur les pistes de la région du fromager, l’équipage par ailleurs trois fois Champion de rallye de Côte d’Ivoire, commence bien la saison.

 

Le Rallye de Gagnoa, faut-il le rappeler, est un produit du Rallye Club de Gagnoa, club affilié à la Fédération ivoirienne de sports automobile et motocyclisme (FISAM).

*A voir le résumé en détail de Bruno :
http://adrenaline.addict.over-blog.com/article-31555654.html


Classement :

1.
Soumaoro Moriféré - Philippe Garcia     Mitsubishi Evo 7 #1      (GR/CL => N4     2h39'03"

2. Eric Pages - Chantal Pages                    Mitsubishi Evo 6 #3       (GR/CL => N4     2h41'03"

3. Cyril Bottari - Nicolas Le Parlouër        Subaru Impreza #4        (GR/CL => A8      2h53'42"

4. José Graziani - Passat Gérard              Peugeot 106 #15        (GR/CL => A6      3h06'03"

5. Williams Farhat - Namé Patrick            Mazda 323 #7               (GR/CL => S10     3h49'13"

6. Ali Jaber - Kouamé Koffi                     VW Golf #21            (GR/CL => S10     4h14'24"


Les 1ères photos :

Quelques voitures au parc fermé...

Soum & Phiphi.....

La Mitsubishi Lancer Evo 6 d'Eric & Chantal...

Cyril & Nicolas sur Subaru Impreza...

Cyril à fond sur les pistes de Gagnoa !!!...

Cyril & Nicolas sur le podium...


Repost 0
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 00:24

Championnat de Côte d'Ivoire :

Pendant 2 jours (21.22 mars 09)

6 étapes, 5 tours, 2h temps réglementaire !...

16 voitures au départ, 7 à l'arrivée.

 



L
’équipage Champion de Côte d’Ivoire n’a pas trompé les pronostics.

Soumaoro Moriféré et Philippe Garcia (le duo Champion de Côte d’Ivoire) a remporté dimanche dernier, la 21è édition du Rallye du Fromager, sur Mitsubishi EVO 7.

Et pourtant, les choses n’ont pas été faciles pour les deux compères :
Ils ont certes dominé l’étape de samedi (avec une avance considérable de 8 mn 13 secondes), mais ont été lâchés par leurs amortisseurs arrières, le lendemain (dimanche).

Rentrés à l’assistance pour remettre le véhicule sur pied, les coureurs de la Team Full-Gas ont été rattrapés au temps par l’équipage Pages, avant le départ de la dernière boucle.

Les Champions de Côte d’Ivoire une fois remis sur roues, ont rebondi et ont gagné la course avec deux minutes d’avance sur leurs poursuivants directs (Eric & Chantal Pages).

Cela, à l’issue de la dernière spéciale.

Le courage, la ténacité et l’expérience de Soumaoro et de son copilote Garcia ont fait, selon l’équipage vainqueur, la différence. Notons que les Pages 2ème roulaient également sur Mitsubishi, mais une Evo 6.

Organisé par le Rallye Club de Gagnoa, le Rallye du Fromager 2009 s’est couru en deux étapes, les samedi et dimanche derniers.
Avec 5 boucles, dont 3 pour la première manche, longue de 390 kilomètres et la deuxième manche de 260 kilomètres avec des spéciales.

La fête fut belle, tout simplement.

Repost 0
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 18:39

                          ????? MITSUBISHI ou SUBARU ?????

L
a cité et les populations de Gagnoa s’apprêtent à accueillir la 21e édition du Rallye du Fromager. Seize équipages sont au départ de cette compétition qui va se courir sur 651 kilomètres, samedi et dimanche 21 & 22 mars.


Organisé par le Rallye Club de Gagnoa, le Rallye du Fromager 2009 comprend 5 boucles, dont 3 pour la  première manche, longue de 390 kilomètres et une spécial de 258 kilomètres.
La seconde manche distante de 260 kilomètres se court dimanche.

Mais avant, le prologue de la veille aura déterminé l’ordre de départ, qui est fonction du meilleur classement au prologue.

Les voitures quitteront le parc fermé pour traverser les villages de Magbehiguepa, Zahibohio, Mama, Kpakpékou, Haizabré, Guéménédougou.


*L’équipage Soumaoro-Garcia, Champion de Côte d’Ivoire sera à n’en point douter l’équipe à poursuivre. Pour  cette épreuve, les champions ont le soutien de SAGA-SDV, Bolloré Africa Logistisc, Sacri, Ci-tern et  Sepbar.

Afin de permettre au duo de bien se comporter dans la compétition sur les pistes, Bridgetown a mis à sa disposition des roues bien adaptées aux pistes de la cité du Fromager.
L’équipage Soumaoro-Garcia qui a divorcé d’avec la Team Central Motors célébrera, lors de cette compétition, ses noces avec Full-Gaz. Heureux de prendre part à cette grande compétition, Soumaoro fait un clin d’œil à l’organisateur :

« Je félicite Sindou Fofana pour son courage et son abnégation pour tout ce qu’il fait pour cette discipline. Le  rallye de Gagnoa est l’un des meilleurs rallyes du pays. Après notre faute enregistrée lors du rallye des lagunes, nous avons mis l’intersaison à profit. Ce qui nous a permis de remporter, le 1er  mars dernier, l’épreuve de Bassam », a indiqué Soumaoro, le champion en titre.


Pour cette compétition, il faudra également compter avec des équipages comme celui de Pipo Brest – Marie Dufils, et leur Subaru, qui auront leurs mots à dire. On suivra aussi avec beaucoup d’intérêt le duel à distance entre les Subaru et les Mutshibishi Evo.


Repost 0
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 22:24
  Bob Neyret, animateur du Team Aseptogyl, l'avait voulu et organisé avec soin. Départ de paris le 4 décembre, à 22 heures. Arrivée à Abidjan le 20 décembre. 
Itinéraire : Madrid, Tanger, Fes, Oulda, Ghardaïa, Tamanrasset, Iférouane, Agadès, Niamey, Ouagadougou, Bouaké, Abidjan, soit 9000 Km, dont la moitié au << Pays de la soif >>.
Cette gageure, Claudine Trautmann et ses cinq compagnes l'ont tenue, avec le sourire, mais non sans difficultés.
Ayant quitté Paris dans la grisaille et le froid, les trois équipages se sont trouvés, quelques jours plus tard, en plein Shara, sous un soleil en fusion. La chaleur, ce n'est pas tout. Les pistes sahariennes, mélange de sable et de pierraille, sont un piège perpétuel où les voitures s'enlisent. Il faut rouler avec mesure parfois, ou << lancer >> carrément sa voiture. L'ensablement est toujours désagréable, toujours pénible et quand il faut manier les plaques de désensablage sous un soleil de plomb, c'est très dur... surtout six faibles femmes !!!...
 


*Souvenir, souvenir... janvier 1974







LA 504 INJECTION DANS LA POUSSIERE

Or, nos six << amazones du désert >>, comme une revue spécialisée les a poétiquement appalées, ne pouvaient et ne devaient compter que sur elles-mêmes. Elles ont gagné leur pari, à force de volonté et de courage - et grâce à une mécanique éprouvée. Claudine Trautmann, Marie-Pierre Palayer, Mariane Hoepfner, Yveline Vanoni, Christine Dacremont et Charlotte Verney, ont pu atteindre Abidjan. Elles ont souffert, certe : il leur fallut affronter la chaleur et les vents de sable, procéder à de nombreuses opérations de désensablement, << faire elles-mêmes de la mécanique >>, subir bien des tracasseries administratives lors du passage de certaines frontières. Mais toutes ces péripéties n'ont pas entamé la volonté de ces conductrices décidées, malgré leur fatigue, à tenir leurs engagements. Elles n'étaient, ni les unes ni les autres, des habituées du désert, et elles ont eu le mérite de s'y lancer courageusement, sans assistance et totalement responsables de leur réussite.

Les trois 504 Injection de série, n'ayant comme équipements supplémentaires que ceux nécessaires à la traversée du désert, ont prouvé leur résistance sur la piste à un rythme soutenu et ont surmonté toutes les difficultés et les épreuves qu'un tel parcours, sous un tel climat, impose aux mécaniques et aux carrosserie.
Pour les voitures comme pour les conductrices, les inconnues étaient nombreuses. L'entreprise fut une totale réussite, c'est-à-dire en fait un véritable exploit.







LE RALLYE DU BANDAMA
 

4000 Km dont 3500 de pistes
Le Rallye du Bandama, dont le retentissement est international, est l'une des épreuves les plus sévères proposées aux meilleurs pilotes de rallyes. Le parcours est de 4000 Km, dont plus de 3500 sont à courrir sur des pistes épouvantables.
La sélection se fait par ces chemins semés de fondrières, poussiéreux par temps sec, défoncés et inondés dès qu'éclate un de ces terribles orages de la forêt équatoriale. Il n'y a aucune épreuve annexe pour départager les concurrents ; une moyenne de 100 Km/h est imposée... et vérifiée tout au long de la route par de nombreux postes de contrôle.
Rappelons qu'en 1972, sur ce même parcours, aucune voiture ne put parvenir au but, le rallye se terminant à Daloa, en pleine brousse, à 500 Km d'Abidjan - avec une seule voiture, la 504 pilotée par Fall et Flocon !  Cette course inhumaine consacrait les qualités de puissance, de robustesse et de résistance de la 504...
En 1973, l'hécatombe fut grande. Sur 59 partants, huit équipages parvinrent, sous une pluie violente, à rejoindre Abidjan. Et parmi eux, deux équipages féminins : Mariane Hoepfner - Yveline Vanoni et Claudine Trautmann - Marie-Pierre Palayer, sur Peugeot 504, se classant 1ère & 2ème des voitures de tourisme de série, et le premier emportant la Coupe des Dames du Rallye du Bandama.





*Au cour du rallye, un arbre devait s'abattre sur la troisième voiture, (ci-dessous), celle de Christine Dacremont - Charlotte Verney, blessant assez sérieusement cette dernière qui fut évacuée par avion...
Bien que poursuivant le parcours, Christine Dacremont, seule à bord, s'est trouvée déclassée à l'arrivée. Cet accident n'a pas empêché la voiture endommagée de rentrer à Monté-carlo et de se classer 3ème dans l'épreuve de Super-concentration (Abidjan-Monté-Carlo).


N'oublions pas que ces pilotes venaient d'accomplir le voyage Paris-Abidjan par le Sahara, toujours sur les mêmes berlines 504 (elles aussi infatigables)... et repartaient ensuite, par le même chemin, à bord des mêmes voitures pour rejoindre Monté-Carlo !...






Abidjan - Monaco : encore un triomphe des amazones Peugeot

Cette épreuve a failli ne pas avoir lieu, car elle avait été initialement prévue comme une superconcentration du Rallye Monté-Carlo qui fut annulé. Mais l'organisateur du rallye du bandama, (Jean-Claude Bertrand), a tenu bon et la course a pris le départ le 5 janvier.

*Quinze équipages se sont lancés dans cette aventure, dont une 404 Peugeot, pilotée par Borde - Ferry, et les trois 504 du Team Aseptogyl-Esso.
Aucune assistance n'était prévue sur le parcours et les équipages étaient livrés à eux mêmes. Il y eut, comme au cours du voyage Paris-abidjan accompli par les équipages féminins, de nombreux ensablements et des vents de sable particulièrement pénibles.
Presque constamment, les trois 504 << caracolèrent >> en tête de cette concentration.

La première place leurs fut ravie à l'arrivée, mais quel beau palmarès !...




2.   R. Borde - Ferry                   -> Peugeot 404
3.   C. Dacremont                        -> Peugeot 504
4.   C. Trautmann - Palayer         -> Peugeot 504
5.   M. Hoepfner - Vanoni           -> Peugeot 504

Un accueil magnifique attendait les arrivants à Monté-Carlo ou l'Automobile-Club avait organisé une fastueuse réception.
=> Il est vrai que les prouesses de nos << amazones >> et de leurs 504 Peugeot méritaient cet hommage.   
   



        
           
     
Repost 0
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 16:33

Et c’est parti pour la saison 2009 des rallyes de Côte d’Ivoire.


En effet, L’A.S.A.C.CI (l’association sportive de l’automobile club de Côte d’Ivoire), a annoncé les couleurs en organisant le « Top chrono de Gonzagueville ». C'était dimanche 1 mars, à la sortie sud d’Abidjan. Pilotes et engins se sont affrontés dans un circuit fermé. Une boucle de 30 Km dont 18 Km de secteur chronométrés, à parcourir trois fois.

 

Dix équipages étaient au départ de la course qui devait se dérouler entre la ville côtière de Grand-Bassam, le C.N.R.A (Centre national de recherche agronomique) et la bourgade de Gonzagueville, sortie sud d’Abidjan. Mais seule la moitié des concurrents a pu franchir la ligne d’arrivée. En tête, l’équipage Soumaoro Moriféré-Bruno Laborde au volant d’une Mitsubishi. Il a bouclé le circuit en 45 minutes 33 secondes. Les vainqueurs étaient talonnés par P. Brossier qui a réalisé 47 minutes 10 secondes, toujours sur Mitsubishi. Quant à Molinie Michel et Ali Jaber, ils sont arrivés troisième sur le podium à bord d’une Opel Kadett en 58 minutes et 19 secondes.

 

Les abandons étaient essentiellement dus à des ennuis mécaniques consécutifs à l’état de la route. En dépit de cela, tous ont promis d’être présents aux compétitions à venir. A ce sujet, Nino, le directeur technique de la course, a affirmé que ce genre de courses sera organisé afin d’animer les communes d’Abidjan. A sa suite, Namé Patrick, Président de l’A.S.A.C.CI a remercié l’ensemble des participants pour leur engagement.

 

Prenant à son tour la parole, Mme Kady Angelbert, Présidente de la FISAM (fédération ivoirienne de sports automobile et motocyclisme), a révélé que la fédération prendra en compte l’assurance auto-moto mobylette pour la saison 2009. Elle continuera sur sa lancée pour dire qu’à la fin de la saison, une cérémonie de récompense sera organisée en l’honneur des meilleurs coureurs de toutes les disciplines.


1. Soumaoro Moriféré - B. Laborde   Mitsubishi Lancer Evo7
2.
Pascal Brossier - A. Estiervenart   Mitsubishi Lancer Evo6
3.
Michel Molinié - A. Jaber             Opel Kadett
4.
Anglow Ange - F. Nogbou              VW Golf
5.
Cissé Adama - F. Bédiakon            Toyota Twincam


1. Soum & bruno au Top des Tops !!!...

2. Pascal & Arnaud à fond, sur la route de Bassam...

3. Michel Molinié - A. Jaber  => Opel Kadett

4. Anglow Ange - F. Nogbou  => VW Golf

5. Cissé Adama - F. Bédiakon  => Toyota Twincam

Loïc Malherbe sur la latérite ivoirienne...


*Super, ce top chrono

Dimanche 1er Mars 2009 les Amis du rallye se sont retrouvé sur la route de grand Bassam, pour se mesurer dans un Top-chrono organisé par l’ASACCI.
On était parti pour une petite course genre, une petite boucle en circuit fermé, en fait, on s’est retrouvé dans une spéciale superbe, digne d’un vrai rallye. On a kiffer un max....
L’illusion était totale :  cuves, dunes, bosses, droites, gauches larges, serrées, déviations, zigzag entre les cocotiers, pistes latérites à fond la caisse !!!...
18 km de bonheur total, à faire 3 fois ...

Le problème, si c’en est un, c’est que  comme petite course prévue au départ, certains ont sous-estimé les besoins en assistance. Résultat, pas mal de voitures sont restées sur le carreau. Mais  aucun regret. On s’est super bien marré.
L’idée, c’est qu’avec un budget plus que raisonnable 50.000 F par équipage, l’ASACCI a pu nous organiser un vrai mini Rallye.
Il y a là, je crois, une très bonne idée à creuser.
On se prépare pour le prochain épisode. Merci président, et à toute l’équipe de l’organisation.

Les amis du rallye sont content, et sont à fond la caisse ...
Will.

Les temps et les résultats :
http://www.mcci-moto.net/asacci-auto/images/stories/GonzagMars09/TempsGonzag.pdf


Repost 0
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 21:59

20 ans déjà !!!...

Souvenir, souvenir.....

*Complètement inattendue, la victoire au classement scratch au Rallye Côte d'Ivoire, une Gr.N  -voiture de série- en championnat du monde. 


   



.Après avoir obtenu une remarquable victoire au Sanrémo, l'équipe Renault Sport s'est interrogé :
 aller en Côte d'Ivoire ?
Impossible ont-ils d'abord répondu.
Grâce au soutien du service commercial de la Régie, Patrick Landon a finalement changé d'avis.
Alain Oreille est donc parti en Afrique. 
Il en est revenu avec une victoire absolue et un titre mondial en poche.....



  

Jamais une groupe N n'avait encore gagné au scratch dans un rallye de Championnat du Monde.
Il ne faut pas se voiler la face : cette victoire a été obtenue face à une concurrence affaiblie.
Toutefois, à regarder de plus près, ce nouveau succès remporté par le pilote et son équipier Gilles Thimonier est loin d'être immérité. Il consacre les fabuleuses performances signées par cet équipage (et les ateliers du Simon Racing) depuis le début de l'année 89.
Une prestation si brillante que Renault était loin, il y a quelques mois, de songer au titre mondial.
On comprend d'ailleurs cette marque de modestie dont faisait preuve la Régie.
Sur le papier, la R5 GT Turbo ne constituait pas l'arme absolue face aux Lancia Delta Intégrale et autre Mazda 323 4WD.


*Pour Alain Oreille et le Team Simon Racing, le Rallye Côte d'Ivoire a été une occasion historique... 


Avans de troubler le jeu de Pascal Gaban, Grégoire de Mevius ou Gustavo Trelles, Alain Oreille a dû d'abord réaliser un doublé au Monté-Carlo puis en Corse. Pas mal quand on sait de quelle manière il y est parvenu. Les ennuis rencontrés par ces rivaux, trop irréguliers pour prendre le large au Championnat, avaient ensuite convaincu Renault Sport de faire le déplacement en Autralie, tentative récompensée par les précieux points d'une troisième place. Dès lors, le Marseillais a abordé le Sanrémo avec un moral gonflé à bloc. Et ça c'est vu. Sur les routes de terre de Toscane, Oreille a signé en groupe N un superbe exploit. Ce fut la <<perf>> de l'année, récompensée par une belle victoire face à une concurrence extrêmement bien armée. Cette fois, pas de doute, Alain, ayant révélé sur la terre un talent aussi dévastateur que sa formidable détermination, apparaissait comme un très sérieux prétendant à la couronne. Au point de mettre Renault dans l'embarras. 
A chaud, en effet, Patrick Landon n'était pas favorable à un engagement en Côte d'Ivoire. 
<< La Renault 5 GT Turbo n'est pas adaptée au terrain >>, estimait-il. Finalement, à lissue d'une rencontre sur le circuit de Nogaro avec la direction commerciale de la Régie, le directeur sportif changeait d'avis. On sait aujourd'hui quel bien lui en prit. Il est vrai que la tentative africaine constituait un audacieux pari.
Pendant une semaine, les ateliers du Simon Racing sont restés ouverts tous les jours et nuits pour reconstruire une voiture qui avait tout de même à son actif des participations à l'Alpin Behra, au Tour de Corse, au Garrigues, au Rouergue, à l'Alsace, à l'Australie et au Sanrémo !...





Dès leurs côtés, Oreille et Thimonier s'étaient immédiatement envolés pour Abidjan et accomplir en toute hâte les reconnaissances du Rallye Côte d'Ivoire. Une précipitation qui n'empêchait pas l'équipage de peaufiner ses notes : << et ce fut sûrement un de nos points forts, précise le pilote, qui ajoute, quand j'ai découvert le terrain, je me suis dit : c'est de la folie...
J'appelle Landon pour lui dire de tout arrêter. Mais je me suis ressaisi.
J'ai réalisé que posséder quatre roues motrices n'était pas forcément un avantage et que je ne serais certainement pas le seul à soufrir >>.

Sûr de lui, et serein, Oreille réalisait ensuite une course d'une intelligence remarquable. Car si la R5 GT Turbo était impéccablement préparée et assistée, il ne fallait pas moins faire preuve d'une grande clairvoyance pour l'amener sans encombre à l'arrivée. << J'ai toujours roulé à 60%, on n'a pas eu un seul pépin mécanique, explique-t-il. Il n'y a que dans la longue étape de nuit où je n'ai pu m'empêcher d'attaquer un peu. En 900 Kilomètres, j'ai pris 14' au leader Van de Wauwer >>.

Les malheurs de ce dernier conjugués à ceux des concurrents du groupe N - on songe notamment à la sortie de route de De Mevius - ont placé la R5 et son pilote sur une voie royale.


*Alain oreille remporte le scratch en CI et la Coupe du Monde FIA Gr.N 1989 avec Gilles Thimonier.

Ce rsultat inespéré a donné des idées à la Régie. Et si la marque remettait le titre de son pilote en jeu en 1990 ?... Ce n'est pas impossible. Pourquoi pas après tout. Car en s'imposant avec brio, Alain Oreille a donné à la Coupe FIA du groupe N ce qui lui manquait. Un grand intérêt.



1. Oreille-Thimonier   (Renault 5 GT Turbo)        à 8h32'54"   1er en Gr.N
2. Tauziac-Papin        (Mitsubishi Starion Gr.A)   à 3h03'56"
3. Choteau-Claveri      (Toyota Corolla 16S)         à 5h08'13"
4. Segolen-Aimon        (Toyota Corolla 16S)         à 5h47'54"
5. Graziani-Occelli      (Toyota Corolla 16S)         à 6h54'53"
6. Antoine-Raymond     (Peugeot 205 GTI)            à 7h28'58"
7. Servant-Charbonnel (Toyota Corolla 16S)         à 7h31'10"           
                                      

Repost 0
Published by ASSINIE - dans Auto-Portrait
commenter cet article
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 22:27
L'Afrique, pas le fric.....
On a coutume de dire à Dakar que lorsque le Lac Retba est totalement rose, c’est que les esprits sont emprunts de bonnes intentions. Tous les habitués des lieux, présents pour assister à l’arrivée de la 1ère édition de l’Africa Race, s’accordaient à dire que rarement ils avaient vu la couleur du Lac d’un rose aussi éclatant. Pour certains, un signe pour cette nouvelle aventure en Afrique qui, du début à la fin, s’est parfaitement déroulée.

Lors de l’ultime briefing, au bivouac de Saint Louis, à l’embouchure du fleuve Sénégal, René METGE avait insisté auprès des concurrents pour que tous aient une conduite irréprochable jusqu’à l’entrée en parc fermé, dressé à l’hôtel Méridien Président de Dakar. Le message a été entendu puisque l’Africa Race s’est déroulée sans encombre jusqu’au bout, ou presque.

*En effet, José Manuel PELLICER, le leader du classement moto, a été victime d’une panne mécanique durant la liaison de 79 kilomètres d’après spéciale menant au podium final. Heureusement pour lui, il était accompagné des deux motards italiens Michele GALLIZIA et Carlo Alberto MIGLIAZZA qui l’ont tiré jusqu’à l’arche d’arrivée. Une chance pour le pilote BMW qui méritait incontestablement de rallier l’arrivée en vainqueur après le sans faute réalisé durant cette quinzaine Africaine. L’Espagnol remporte donc l’Africa Race dans la catégorie moto ainsi que la catégorie 450 puisque la machine de PELLICER était la nouvelle BMW d’enduro préparée Rallye avec le soutien de BMW Espagne. Une machine qui a fait ses preuves puisqu’elle devance la KTM 690 d’Arnaud JACQUART.

 Le Franco-Russe a remporté cette ultime spéciale mais il s’est lui aussi fait peur lors d’une réception de saut où il est parti sur la roue avant sur plus de vingt mètres. Fort heureusement, Arnaud n’a pas chuté et a pu célébrer cette deuxième place avec ses camarades de route comme l’Allemand Thomas SCHATTAT, troisième sur YAMAHA et le Sénégalais Jean-Hugues MONEYRON quatrième sur KTM. D’ailleurs, les trois pilotes sur le podium ont souhaité partager le champagne avec l’ensemble de leurs collègues de la catégorie moto, ainsi qu’avec les deux raideurs. Une nouvelle démonstration de la grande convivialité qui régnait dans le clan des deux roues sur cette Africa Race.

*Dans la catégorie auto, comme prévu, le Buggy POWERADE de Jean-Louis SCHLESSER et Arnaud DEBRON s’est présenté le premier sous l’arche d’arrivée, accueilli par un représentant du Ministre des Sports du Sénégal, spécialement détaché pour féliciter le vainqueur. Une fois encore, Jean-Louis s’est dit ravi d’avoir participé à cette première édition de l’Africa Race et a remercié tous les membres de l’organisation pour le remarquable travail réalisé avant et pendant l’épreuve.
Derrière SCHLESSER se sont succédés les différents lauréats applaudis par les nombreux spectateurs massés sur les bords du Lac Rose. A commencer par les Russes Artem VARENTSOV et Roman ELAGIN, deuxième de l’épreuve au volant d’un TOYOTA Landcruiser de série. Cet équipage devance Abdelhamid ABOUYOUSSEF et Hervé COTEL sur le Buggy TOYOTA COTEL. L’équipage franco-égyptien s’est d’ailleurs adjugé cette dernière spéciale menant au mythique Lac Rose.

*En camion, une fois encore, Jan DE ROOY a fait parler les 900 chevaux de son IVECO pour remporter ce dernier secteur chronométré. Le Néerlandais devance l’UNIMOG Italien de Giacomo VISMARA et le MAN de Hans BEKX. Quant au quatrième larron, Miklos KOVACS, il a planté son SCANIA sur la plage suite à un gros freinage et a terminé à plus de 6 minutes de DE ROOY.

Au classement général final de la catégorie camion, Jan DE ROOY termine premier avec 10’56’’ d’avance sur son équiper Hans BEKX sur DAF et 37’13’’ sur le Hongrois Miklos KOVACS, révélation de l’Africa Race. Véritable légende vivante des courses camions en Afrique, Jan DE ROOY signe ainsi sa deuxième victoire finale à Dakar, 22 ans, jour pour jour, après son premier sacre sur le continent noir.


Après la cérémonie du podium au Lac Rose, les concurrents de l’Africa Race ont rejoint l’hôtel Méridien Président, juché sur la Pointe des Almadies à Dakar, où ils étaient reçus par l’équipe de Nouvelles Frontières Sénégal, l’un des partenaires du rallye. Un dîner de gala au cours duquel les différents lauréats se voyaient remettre leurs trophées clôturait en beauté cette 1ère édition d’une l’Africa Race vraiment inoubliable.

http://www.africarace-live.com/











*Jean Louis Schlesser vainceur du 1er Africa Race.....


Repost 0
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 22:20


Le Rallye du Bandama est une compétition automobile organisée en Côte d'Ivoire.

Une épreuve folle qui a su conquérir ses lettres de noblesse...

Jean claude Bertrand a toujours vivement apprécié les rallyes automobiles durs, hors des sentiers battus.

le Rallye de la Côte d'Ivoire qu'il a transformé en 1970 en Rallye du Bandama, en est l'exemple frappant puisqu'il a montré, en 1972 qu'il était possible... qu'aucun engagés dans une épreuve automobile ne rejoigne l'arrivée !...

Considéré au début (presque) comme un dangereux original, Bertrand a malgré tout persévéré et il en a même été récompensé: le Rallye du Bandama comptait en 1978 pour le Championnat du monde !


Le Rallye du Bandama a pris sa dimention internationale en
1972 . Cette année-là, sur un parcours de quelque 4000 Km à couvrir pratiquement en "non-stop" à 100 Km/h de moyenne, le rallye avait dû être arrêté à Daloa, dans le centre-ouest de la Côte d'Ivoire. La seule voiture encore digne de ce nom était la Peugeot 504 de Tony Fall & Gérard Flocon, mais son retard sur l'horaire imparti était tel qu'elle fut mise hors course !...

Il faut reconnaître que le Bandama est un impitoyable banc d'essai pour la voiture de M. tout-le-monde.


Le départ est donné à Abidjan
pour une première épreuve, d'une dizaine de kilomètres, sur le circuit de la Djibi. Cette "spéciale" sert à déterminer l'ordre de départ de la première des quatre boucles qui se disputent autour de Yamoussoukro.
 Après 4000 Km, puis 5000 dès 1974, l'arrivée est jugée à Abidjan. Et les 4/5e de l'épreuve se disputent sur des pistes de terre battues sur lesquelles on hésiterait parfois à s'engager à pied !


Entre
1973 et 1977, le match France-Japon (Peugeot, Datsun et Mitsubishi) fut sans merci. Les japonaises enregistrent malgré tout des succès: Datsun en 1973 grâce à Hermann-Schuller et Mitsubishi en 1977 avec Andrew Cowan-Johnstone Syer, sur Colt Lancer.


Dès
1978 , le Rallye du Bandama devenait le troisième rallye africain comptant pour le Championnat du monde...


Mitsubishi est la marque la plus titrée du Bandama, puisqu'elle a remportée sept victoires consécutives: 1977 (COWAN), 1990 (TAUZIAC), 1991 (SHINOZUKA), 1992 (SHINOZUKA), 1996 (AMBROSINO), 1997 (AMBROSINO), 2001 (Tom & Bob COLSOUL)


C'est en 1969 qu'est organisé pour la première fois le Rallye du Bandama par Jean Claude Bertrand, qui prend le nom, plus simplement, de Rallye Côte d'Ivoire en 1980. Disputé en décembre, après la saison des pluies, cette épreuve exotique ne tarde pas, petit à petit, à attirer les pilotes les plus importants.





Mitsubishi     7 victoires :

1977 => Lancer Colt 1600          (Cowan)
1990 => Galant VR4                   (Tauziac)
1991 => Galant VR4                    (Shinozuka)
1992 => Galant VR4                   (Shinozuka)
1996 => Lancer Evo3                 (Ambrosino) -Marlboro-
1997 => Lancer Evo3                 (Ambrosino) -Rexona-
2001 => Lancer Evo6                 (Bob & Tom Colsoul)


Peugeot     6 victoires : 

1971 => 504          (Neyret)
1974 => 504          (Makinen)
1975 => 504          (Constent)
1976 => 504 V6     (Makinen)
1978 => 504 V6     (Nicolas)
1998 => 106           (Servant)


Audi     3 victoires :

1984 => Sport Quattro           (Blomqvist)
1993 => Coupé S2                  (Servant)
1994 => Coupé S2                  (Servant)


Datsun     3 victoires :

1970 => 1600sss         (Schullet)
1973 => 180 Bsss        (Hermann)
1981 => Violet GT       (Salonen)


Subaru     3 victoires :

2003 => Impreza                      (Fané Bakary)
2005 => Impreza                      (Fané Bakary)
2006 => Impreza WRX-STI      (Emontspoll)


Toyota     3 victoires :

1983 => Célica Twin-Cam Turbo          (Waldegaard)
1985 => Célica Twin-Cam Turbo          (Kankkunen)
1999 => Célica                                    (Molinié)


Mercedes     2 victoires :

1979 => 450 SLC          (Mikola)
1980 => 500 SLC          (Waldegaard)


Renault     2 victoires :

1969 => R8 Gordini          (Gérenthon)
1989 => R5 GT Turbo       (Oreille)


Nissan     1 victoire :

1988 => Silvia 200 SX          (Ambrosino)


Opel     1 victoire :

1982 => Ascona 400          (Röhrl)


VW     1 victoire :

1987 => Golf 16s GTI          (Eriksson

    


     
Repost 0
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 21:02

Et oui 10 ans séparent ces deux photos...
(1) Bandama 78
(2) Bandama 88

Même piste..., même flaque d'eau..., même forêt..., même temps..., même chaleur..., même endroit...,
mais pas même voiture... 



Rallye du Bandama 1978 :
Ambrosino-Bureau sur Peugeot 104 SL avec 105cv, Gr2 et 800 Kg, "JVC" #11
*Abandon (embrayage) presque à l'arrivée d'Abidjan.....
5000 Km pour rien, c'est quand même trop injuste !... 




Rallye Côte d'Ivoire Bandama 1988 :
Avant le podium final de la 20ème édition, et son rendez-vous avec la gloire...
La Nissan 200 SX du Team Marlboro Afrique d'Alain Ambrosino et Daniel Le Saux, aura dû affronter les petites pistes forestières et les bourbiers, qui font chaque année partie du jeu !... 


Repost 0
Published by ASSINIE - dans Auto-Portrait
commenter cet article