Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

¤ L'image du mois ¤

Patrick Servant / Brion 

Rallye du Bandama 1992...

 

 

#La Côte d'Ivoire, une Terre de Rallye, berceau du Rallye du Bandama, le Rallye de l'impossible.....

 header-copie-1        

http://www.f-i-s-a.org/page17.php

¤ Recherche ¤

¤ Les Stats ... ¤

*Date de création :

-> 25/11/2005 à 23h15 

 

*Visiteur unique :

-> 118 657

 

*Pages vues par visiteur au total :

-> 278 330

 

Journée record :

->  04/01/2009
(569 pages vues) 

Mois record :

->  Janvier  2011  <-  

(4.954 pages vues)
(1.591 visiteurs uniques) 

*Statistiques au 20/07/2014 

Merci à tous d'être passés sur mon blog.... 

 

¤ Top Provenances ¤

 

TOP Réseaux Sociaux : 100% FACEBOOK

 

www.google.fr     => 294 pages vues

www.google.com => 41 pages vues

www.google.ci     => 18 pages vues

www.google.be    => 18 pages vues

www.google.it      => 11 pages vues

www.google.de    => 10 pages vues

www.google.es    => 7 pages vues

www.forum-auto.com => 6 pages vues

www.google.com.ar => 5 pages vues

www.bing.com     => 4 pages vues

 

 

15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 01:44

Name Patrick - Zarour Nino P2009- (2)
*Patrick Name (à droite) peut s’appuyer sur son ami Nino Zarour sur le terrain.

Le célèbre rallye de Côte d’Ivoire – Bandama a été relancé cette année sous l’impulsion de deux libanais nés en Côte d’Ivoire.

Depuis deux ans, Patrick Name est le président de l’ASACCI, le plus ancien club du pays, créateur du Bandama en 1969. Ses parents sont arrivés en Côte d’Ivoire avant l’indépendance de 1960 et il y est né, d’où son attachement au pays. Il a découvert le rallye par l’intermédiaire d’un autre libanais, Samir Assef, au palmarès riche : « J’ai commencé par faire les reconnaissances avec Samir puis quelques rallyes. C’est aussi par ce biais que j’ai connu Nino Zarour, ancien président du club de Bouaké, qui nous a aujourd’hui rejoint à l’ASACCI ».
Ils ont d’ailleurs fait quelques rallyes ensemble, lorsque Patrick est passé au volant en 2003 sur une Peugeot 504 V6 Coupé puis une 206 (3ème du rallye de Gagnoa 2006).
Mais lorsque Gérard Bloin décide de quitter la présidence du club, Patrick se concentre sur sa nouvelle fonction : « J’étais déjà très impliqué dans la vie du club car le siège est situé dans mon restaurant, le tôt ou tard (ainsi que le club moto dont certains membres sont communs). En m’appuyant sur Nino, qui est un homme de terrain (choix du parcours, direction de course, relation avec les chefs de village), nous nous sommes attachés à structurer l’organisation pour offrir des épreuves toujours plus belles aux pilotes et ainsi en attirer de nouveaux, faire ressortir des garages les nombreuses autos qui y dorment.
 
Quand la fédération (FISAM) qui n’avait plus organisé le Bandama depuis l’édition de championnat d’Afrique en 2006, nous a proposé de nous en charger, nous nous sommes lancés à fond. Nous avons étoffé le parcours pour qu’aucune des 17 ES ne soit parcourue à deux reprises, tout en gardant un parcours compact pour limiter les liaisons. Nous obtenions ainsi un petit Bandama moderne.
Il n’est plus possible de faire 4000 – 4500 km sur routes ouvertes pour traverser le pays de long en large, à des moyennes de plus de 100 km/h. La circulation s’est trop intensifiée, les pistes de latérite ne sont plus entretenues par les sociétés agricoles comme par le passé.
Aujourd’hui, nous avons gardé quelques spéciales très rapides où la population est peu dense, où il est presque possible de fermer les routes, et travailler pour dénicher des pistes plus tortueuses (parfois sablonneuses) et très techniques. Pour les améliorer, nous avons utilisés deux niveleuses – grader pendant une semaine complète, si bien qu’à l’arrivée les pilotes nous ont déclaré ne jamais avoir eu des routes aussi belles.
L’accent a été mis sur la sécurité avec un service d’ambulance performant, coordonné par le médecin qui gère les matchs de l’équipe de football nationale. L’équipe de contrôleurs a été renforcée et entrainée avec plusieurs simulations. En étant basé à Abidjan, nous avons pu approcher des partenaires nationaux comme Moov (téléphonie), Red Bull ou Rimco Motors (importateur automobile).
Aujourd’hui, je pense que nous sommes prêts à passer à la vitesse supérieure, redevenir une épreuve internationale, avec des pilotes venant d’Europe ou du Moyen Orient, c’est l’objectif pour 2010.

La présence de Guy Colsoul cette année est un bon début car le préparateur belge a apprécié son retour en Afrique.
Notre date (début décembre), nous permet d’être en fin de saison pour les européens, mais aussi au début de la saison sèche pour les pistes ».

podium-bandama2009-1
*Gros moment de joie entre pilotes et organisateurs à l’arrivée à Abidjan.



autocollant-300dpi.jpglogo-copie-1

http://www.atcl.org/

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires