Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

¤ L'image du mois ¤

Patrick Servant / Brion 

Rallye du Bandama 1992...

 

 

#La Côte d'Ivoire, une Terre de Rallye, berceau du Rallye du Bandama, le Rallye de l'impossible.....

 header-copie-1        

http://www.f-i-s-a.org/page17.php

¤ Recherche ¤

¤ Les Stats ... ¤

*Date de création :

-> 25/11/2005 à 23h15 

 

*Visiteur unique :

-> 118 657

 

*Pages vues par visiteur au total :

-> 278 330

 

Journée record :

->  04/01/2009
(569 pages vues) 

Mois record :

->  Janvier  2011  <-  

(4.954 pages vues)
(1.591 visiteurs uniques) 

*Statistiques au 20/07/2014 

Merci à tous d'être passés sur mon blog.... 

 

¤ Top Provenances ¤

 

TOP Réseaux Sociaux : 100% FACEBOOK

 

www.google.fr     => 294 pages vues

www.google.com => 41 pages vues

www.google.ci     => 18 pages vues

www.google.be    => 18 pages vues

www.google.it      => 11 pages vues

www.google.de    => 10 pages vues

www.google.es    => 7 pages vues

www.forum-auto.com => 6 pages vues

www.google.com.ar => 5 pages vues

www.bing.com     => 4 pages vues

 

 

1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 03:59

4bandama

Le rallye automobile Bandama se déroule du 1er au 3 mars dans la région de Yamoussoukro. Cette édition 2013, désignée première manche du Championnat d’Afrique des rallyes, sera peut-être celle du renouveau. Compétition majeure durant les années 1980, le rallye de Côte d’Ivoire a subi un lent déclin depuis vingt ans.

Le rallye automobile de Côte d’Ivoire va-t-il retrouver son prestige ? La 39e édition, qui se déroule du 1er au 3 mars 2013 à Yamoussoukro, la capitale politique du pays, se veut celle du renouveau. « Nous faisons à nouveau partie du Championnat d’Afrique, chose qui n’était pas arrivée depuis plus de seize ans, indique Alain Ambrosino, président de la Fédération ivoirienne de sport automobile (Fisa) et du comité d’organisation du Bandama. C’est déjà un grand pas de franchi pour le sport automobile ivoirien ».

Un « rallye de l’impossible » en désuétude

L’aura du rallye Bandama a nettement décliné en vingt ans. La compétition n’a parfois pas eu lieu, notamment en 2000, 2002, 2004, 2007, 2009, 2010. Un comble pour l’unique course ouest-africaine à avoir été inscrite au programme du Championnat du monde WRC.

 
Lors du rallye Bandama 2006.
AFP PHOTO / KAMBOU SIA

C’était entre 1978 et 1992. Bien des champions du monde WRC (Bjorn Waldegard, Walter Rohrl, Juha Kankkunen, Hannu Mikkola vainqueurs de l’épreuve…) se débattaient alors sur les pistes ivoiriennes.

Créé en 1969, le Bandama s’est forgé un surnom : celui de « rallye de l’impossible ». Personne ne parvint ainsi à franchir la ligne d'arrivée en 1972. Car son parcours était parfois long de 5000 km, sans commune mesure avec ce qu’autorisent les règlements actuels. Alain Ambrosino, qui a gagné trois fois l’épreuve, en a souvent bavé : « A l’époque, le rallye se disputait en novembre-décembre, en partie lors de la saison des pluies. Il y avait de gros orages et on se retrouvait parfois avec des arbres en travers. On était obligés de se frayer des petits chemins à travers la brousse pour éviter ces obstacles. Il y avait beaucoup d’aventure.


Une formule rôdée pour 2013 :

Le Franco-Ivoirien a souhaité relancer l’événement. Il a en partie repris le dossier en mains avec une édition 2012 disputée en décembre dernier. Il a en effet fallu convaincre en très peu de temps les dirigeants de la Fédération internationale de l’automobile (FIA) d’inscrire la course comme première marche d'un championnat continental, disputé du 1er mars au 3 novembre. « On veut réussir une bonne épreuve cette année et, ensuite, figurer parmi les meilleures organisations au niveau africain », souligne Alain Ambrosino.


Pour conserver l’agrément de la FIA, les organisateurs de l’épreuve ont décidé de jouer la carte de la continuité avec un parcours quasi-identique à celui de 2012. Au programme, 228 kilomètres répartis en huit spéciales et une super-spéciale à Yamoussoukro ; un plateau de concurrents très africain avec dix-sept équipages ivoiriens et la présence de l’Italo-Rwandais Davite Giancarlo, vice-champion d’Afrique 2012.

« En deux mois, on ne pouvait pas faire de miracle, souligne Ambrosino. C’est presqu’un copier/coller de l’édition 2012. Certaines étapes se courent en sens inverse par rapport à 2012. On n’a pas pu modifier grand-chose. Au niveau du circuit, c’est quasiment identique. Mais notre but est de nous améliorer encore et encore. » Avant, pourquoi pas, de réintégrer un jour le calendrier du Championnat du monde, comme à la grande époque ?...

L’avenir du sport automobile en Afrique de l’Ouest :


L’Afrique de l’Ouest a longtemps été une terre de rallye avec, notamment, le Bandama et le Dakar. Mais c’est nettement moins vrai actuellement à cause des crises qui ont frappé la sous-région depuis une dizaine d’années. « Le fait de disputer le Dakar sur un autre continent (en Amérique du Sud depuis 2009) a été problématique pour l’Afrique en général, souligne Alain Ambrosino. C’était l’image même du rallye et de l’aventure. Ce départ n’a pas dû arranger les choses pour le sport automobile en Afrique et plus particulièrement en Afrique de l’Ouest. » Pourtant, le potentiel existerait sur cette partie du continent : « Il y a possibilité d’organiser des rallyes au Gabon, au Cameroun, au Togo, au Burkina Faso, au Sénégal. Le sport automobile a sa place en Afrique de l’Ouest. On a des terrains magnifiques, des paysages extraordinaires, aussi beaux que ceux du Kenya. Il faut juste de la bonne volonté pour relancer des rallyes dans cette partie du continent africain. »



Six dames sur la ligne de départ :

Comme principale innovation cette année, six dames sont annoncées sur la ligne de départ à Yamoussoukro. Parmi celles – ci, on enregistre cinq qui font partie des équipages ivoiriens. Ce sont, Andrea Farhat, Chantal Pages, Alexandra Vidal, Virginie Jacquemin et Vanessa Kesseli. Quant à la sixième, Sylvia Vandevogel, elle est copilote du vice – champion d’Afrique, le Rwandais Davité Giancarlo.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

powered management 11/08/2014 14:46

If it is a phoenix then you don’t have to worry at all. It will rise up against all odds and after all that’s what a phoenix is. It will rise up from its own ashes and conquer the world.

Assinie 14/08/2014 23:24

Yes exactly..., thank you.